Tout savoir sur l’hypothyroïdie du chat

Fréquente chez les humains, l’hypothyroïdie peut aussi affectée le chat.

C’est une maladie de la glande thyroïde qui apparait chez le félin.

Son organisme n’arrive plus à produire assez d’hormones thyroïdiennes, entrainant un ensemble de symptômes et de problèmes.

Dans cet article, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir sur l’hypothyroïdie du chat : sa définition, ses symptômes, ses causes et le traitement.

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie du chat ?

La thyroïde, qui est une glande située dans le cou, produit des hormones thyroïdiennes.

Ces hormones sont très importantes dans la bonne marche du métabolisme du chat comme le fonctionnement du cœur, la pousse des poils ou la régulation de la température du corps.

La thyroïde influe sur l’ensemble du fonctionnement du chat.

Quand un félin souffre d’hypothyroïdie, les hormones thyroïdiennes ne sont pas sécrétées en assez grande quantité par la thyroïde. Cela entraîne de nombreux symptômes.

Mon chat souffre d’hypothyroïdie : quels sont les symptômes ?

Les symptômes liés à l’hypothyroïdie du chat sont assez nombreux :

  • Une baisse d’activité flagrante liée à une fatigue intense. Le chat manque de dynamisme, il dort beaucoup ;
  • Des comportements non adaptés qui peuvent même aller jusqu’à des troubles du comportement ;
  • Un chat qui grossit, qui gonfle au niveau du visage, il peut avoir de véritables œdèmes sur la face ;
  • Un chat qui perd de grandes quantités de poils surtout au niveau des oreilles, le pelage est moins beau, moins brillant, plus clairsemé ;
  • Des problèmes de constipation récurrents ;
  • Une peau grasse ;
  • Un rythme cardiaque perturbé.

Tous les symptômes ne sont pas présents en même temps, cela dépend des chats. Ce n’est qu’en observant l’animal attentivement que l’on peut détecter ces changements au quotidien.

Mâles et femelles peuvent être atteints de cette maladie qui apparaît fréquemment entre 2 et 6 ans. Certaines études indiquent que certaines races de chat sont plus touchées que d’autres. On parle de l’Abyssin, le Cornish Rex, le Devon Rex, ou encore le Persan. Ils seraient prédisposés génétiquement.

Pourquoi cette maladie chez le chat ?

Les vétérinaires ont répertorié 3 grandes causes d’hypothyroïdie chez le chat :

  • Hypothyroïdie congénitale (que l’on retrouve le plus souvent) : elle s’explique par une dysgénésie de la thyroïde et arrive plus fréquemment chez les chats très jeunes ;
  • Thyroïdite lymphocytaire : l’organisme du chat produit des anticorps qui vont attaquer la glande thyroïde et en détruire ses cellules ;
  • Atrophie idiopathique : des cellules graisseuses remplacent les cellules qui composent la glande thyroïde.

Comment est traitée l’hypothyroïdie du chat ?

L’hypothyroïdie du chat se traite assez facilement grâce à l’administration d’un traitement à base d’hormones thyroïdiennes synthétiques de remplacement. C’est un traitement que le chat devra prendre tout au long de sa vie mais il présente peu de contraintes et il est bien toléré par l’animal. Les symptômes disparaitront au bout de quelques semaines et le chat reprendra une vie normale.

Le vétérinaire pourra proposer un suivi sanguin afin de vérifier que le traitement est bien adapté et que le taux d’hormones administrées correspond bien aux besoins du chat. Si ce n’est pas le cas, le traitement sera adapté.

Il est important de prévenir le vétérinaire de tout nouveau changement qui pourrait être un signe de l’évolution de la maladie.

L’hypothyroïdie du chat est donc une maladie couramment observée et diagnostiquée chez les félins. Elle provoque de nombreux symptômes qui vont intervenir sur son métabolisme propre mais aussi sur son fonctionnement qui sera ralenti. Un suivi sanguin et un traitement bien dosé permettent de rectifier la situation en quelques semaines. Il est à noter que l’hypothyroïdie existe aussi chez le chien.