Mon chien aboie en mon absence, j’ai résolu le problème avec ce simple Alarme! c’est Surprenant!

Untitled-1 copy

laisser son chien tout seul

Aujourd’hui, je faisais ma routine quotidienne durant laquelle je consulte mes emails. J’ai eu la curiosité de descendre dans mes anciens emails et me suis rendu compte qu’il y avait des emails que je n’avais pas vu. Je suis notamment tombé sur un email datant du 3 février 2014.

Le message était de la part de Patrice MOUREY (je suis désolé Patrice pour avoir mis autant de temps pour te répondre, en effet je ne peux pas répondre à tout le monde parce que je reçois des diz aines de messages chaque jours et si je dois prendre du temps pour tout le monde je ne peux pas m’en sortir).

Patrice a dit: « Nous avons un berger allemand croisé malinois de 7 ans. Depuis 1 semaine environ, lorsque nous le laissons seul la journée il pleure, hurle et même aboie en mon absence  alors que jusqu’à maintenant les voisins nous ont confirmé qu’il ne le faisait pas. Nous avons branché un diffuseur de phéromones depuis 3 jours, mais pour le moment ça ne change pas grand-chose… Ne comprenant pas pourquoi ce changement de comportement, nous sommes un peu démuni et toute aide ou suggestion serait la bienvenue. Merci d’avance »

Je te remercie Patrice pour ce message, et dans cet article je te propose ma réponse. Quand votre chien aboie en votre absence et pleure pendant que vous n’êtes pas à la maison, cela peut avoir pour source plusieurs raisons. Il est important de savoir que pour résoudre ce problème, il faut prendre connaissance des causes et bien les comprendre.

Pour aller plus loin consulter mon article: « la méthode ultime pour finir avec les aboiements de chien« 

C’est un simple système de causalité. Dans cet article, je ne tiens pas à m’attarder sur les causes ou encore les raisons pour lesquelles votre chien pourrait aboyer en votre absence. Cependant je vais vous donner la méthodologie que j’utilise pour pouvoir remédier à ce problème.

Commençons par nous demander quelles peuvent être les origines les plus probables de l’aboiement de votre chien lorsque vous n’êtes pas chez vous ? Il semblerait que votre absence créer un trouble comportemental très connu des spécialistes et des propriétaires qui est appelé l’anxiété de séparation.

Qu’est-ce que l’anxiété de séparation et pourquoi mon chien aboie en mon absence ?

Il est important de considérer le chien comme un animal ayant une psychologie, qui toute chose égale par ailleurs, peut facilement être comparé à celle de l’homme.

Comprendre son chien, l’accueillir correctement, savoir l’éduquer…constituent des étapes nécessaires à une bonne relation future entre vous et votre animal. En effet le chien a la particularité d’être un animal très social. Il est dans sa nature de vivre avec un ensemble d’individu appelé meute.

C’est une vraie mini-société, et qui dit société dit organisation avec des règles.Une bonne compréhension du fonctionnement de la psychologie du chien vous permettra d’éviter bien des soucis.

Commençons par faire un parallèle avec l’anxiété de séparation chez les humains. Il s’agit d’une inquiétude excessive qui survient chez les enfants lorsqu’ils sont séparés de leurs parents. Wikipédia précise même qu’il s’agit d’un des plus anciens diagnostics de trouble anxieux chez l’enfant.

L’enfant fait alors preuve d’anxiété au moment où il doit se séparer de ceux qui lui sont proche (généralement les parents). Chez le chien, l’anxiété de séparation est un trouble comportemental qui cause des signes de dépression de la part du chien lorsque le propriétaire quitte son domicile pour une courte ou longue durée.

Le comportement du chien est grandement affecté lorsque vit une anxiété de séparation dès qu’il se retrouve séparé des personnes auxquelles il est rattaché. Les réactions à l’anxiété de séparation sont souvent dérangeantes.

De quelle manière se manifeste une anxiété de séparation chez le chien et ce qui provoque mon chien à aboyer en mon absence ?Mon chien aboie en mon absence 3

Au moment même où le maître quitte son domicile, le chien commence à avoir un comportement désagréable et aboyer en son absence.

Il va se mettre à aboyer sans cesse, à pleurer sans raison, à détruire des objets, à vivre improprement et biens d’autres comportements. Ce caprice va être une réaction directe à sa compréhension de votre départ.

Votre chien se dit : « Mon maître s’en va, je serai seul et je suis incapable d’être seul tranquillement. Il faut que je l’empêche de partir. » Il s’agit d’une détresse excessive de la part de l’animal envers son maître dans le but que le maître s’intéresse à lui et ne le quitte pas. Chez l’être humain, on remarque que cette réaction peut être réelle ou anticipée.

Par expérience, il semblerait que le chien soit capable d’un tel comportement. On peut diagnostiquer également un trouble du sommeil chez l’animal avec un comportement changé la nuit. Le problème est que dans la plupart du temps, les propriétaires ne peuvent pas supporter cette situation et commencer à hurler et crier sur leurs chiens, ne faisant qu’aggraver le problème.

En effet les chiens sont des animaux capables de comprendre le comportement humain. En psychologie, on parle de valence pour désigner la qualité intrinsèque agréable ou désagréable d’un stimulus ou d’une situation.

Dans la psychologie qui concerne les émotions, lorsque parle de valence, on fait référence au caractère positif ou déplaisant de certains états d’émotion. Pour les émotions positives, on parlera de valence positive, et pour les émotions négatives, de valence négative.

Le chien est capable de comprendre la valence des émotions de son maître, de plus que son maître est la personne que le chien connait le mieux. Il est donc doublement plus capable de comprendre ce qu’il ressent. Lors d’une dispute, la psychologie des émotions a montré que les hommes, en général, ne cherchaient pas des solutions aux problèmes, mais cherchaient à avoir le dernier mot, à avoir raison.

Le problème est que le chien n’est pas plus rationnel que l’homme. Ainsi le chien souhaite également avoir le dernier mot et remporter le conflit. Il s’excitera donc d’autant plus et il y aura un cercle vicieux d’énervement. Il faut savoir que quand le maître est présent à la maison, le chien devient très attaché à lui et n’arrive pas à se séparer de lui.

Il lui réclame tout le temps des petites attentions. Lors des promenades, les chiens qui sont sujet à l’anxiété de la séparation ne sont pas même capables de s’éloigner de leurs maîtres. C’est pour cela que votre chien aboie pendant votre absence.

Comment un chien développe-t-il une anxiété de la séparation et commence à aboyer en mon absence?

Dès son plus jeune âge, le chiot est le premier fan de sa mère. Un attachement profond se créer entre lui et sa mère lui conférant une sécurité émotionnelle. Il s’agit d’une caractéristique canine très ancrée dans la génétique des chiens.

Le problème est que le chien n’est génétiquement pas prévu pour être mis en famille d’accueil. A force de grandir, la mère du chiot commence à se détacher petit à petit de son petit. Elle ne répond plus à toutes ses réclamations, alors que c’était le cas à la situation infantile. Si le chiot se colle à sa mère, elle le repoussera sans hésiter pour lui apprendre à être autonome.

Le chien gagne donc en indépendance et s’intègre sainement dans la hiérarchie familiale canine. A l’arrivée d’un chien dans sa famille d’accueil, le maître fait l’erreur de trop chouchouter son nouveau chien avec beaucoup de câlins et de caresses détruisant son indépendance et sa situation hiérarchique.

La perte du lien maternel est donc compensée par le lien affectif avec la famille d’accueil. Donc dites-vous bien que la prochaine fois que vous direz: « Mon chien aboie quand je suis au travail ou en mon absence », ce sera parce que votre chien ressent un manque de sécurité émotionnelle et que vous êtes la clef de son problème.

L’anxiété d’un chien peut également se développer à cause de trouble d’origine hormonal. On appelle cela de la dysendocrinie. En particulier l’hypothyroïdie est la maladie hormonale la plus fréquente chez les chiens.

Elle correspond à un trouble lié à la glande thyroïde et aux hormones thyroïdiennes. On constate un changement de comportement et un changement physique. Cette anomalie correspond à une sous-production ou une sous-diffusion dans tout le corps des hormones thyroïdiennes.

L’impact est direct sur tous les organes (la peau, les muscles, les viscères, le sang, les autres organes endocriniens et le système nerveux). On peut constater des douleurs physiques chez le chien ce qui peut être une raison pour laquelle votre chien aboie lorsque vous n’êtes pas chez vous.

Au niveau comportemental, on constate l’apparition d’une hyperactivité, l’apparition de phobies, des comportements d’agressivités ou de dépressions.

Pour plus de détails, je vous recommande de lire mon article sur le sujet: « Mon chien aboie en mon absence.« 

Comment faire pour éviter que mon chien aboie en mon absence ?

mon chien aboie en mon absence

 L’anxiété de séparation fonctionne de la même manière pour les hommes et les chiens. Cela part d’un conditionnement. Intéressons-nous au conditionnement plus en détail. Il y en a deux types: le conditionnement classique et le conditionnement opérant. Le premier qui est le plus connu a été mis en avant par Pavlov qui a justement expérimenté ce conditionnement sur ses chiens.

L’idée est de programmer l’esprit du chien pour répondre d’une certaine manière suite à un stimulus. La première étape est de programmer l’esprit du chien (ex : saliver). Cette programmation doit associer la réponse à un stimulus conditionné par défaut (ex : la présence de nourriture) à une nouvelle réponse correspondant à un stimulus non-conditionné (ex : le son d’une cloche).

Dans sa célèbre expérience, Pavlov faisait sonner une cloche à chaque fois qu’il servait à manger à son chien. Dans chaque situation le chien salivait. Un jour, Pavlov fit sonner la cloche, mais sans servir à manger. Son chien saliva quand même. Ce dernier était conditionné.

Pavlov avait créé une nouvelle association entre le son d’une cloche et le fait que son chien salive. Ce conditionnement existe naturellement dans nos vies. Il s’agit d’un conditionnement associatif qui est la première explication à l’effet Placebo. Notre cerveau associe la prise d’une pilule à aller mieux, une fois l’association effectuée, répéter le geste « prendre une pilule» déclenche une véritable réaction physiologique qui fait que le patient va mieux.

Sur Internet, il y a une vidéo d’un chien qui a été conditionné à aboyer lorsque son maître sifflait des musiques de Claude François. Le chien avait fait un schéma logique entre cette musique sifflé et un mal-être qui le poussait à aboyer. Si votre chien est tout jeune, tout neuf et qu’il est toujours chiot, la première règle est d’éviter l’hyper-attachement. Vous risqueriez de transférer le lien affectif qu’il avait avec sa mère à vous. Il faut donc créer cette situation d’autonomie.

Pour cela ne laissez pas votre chiot dormir avec vous la nuit. Il s’agit d’un comportement maternel de la mère qui souhaite protéger son enfant en lui montrant qu’elle est là, ou d’une manière plus sauvage, d’une mère prête à se battre si une menace vient. Vous serez donc assimilez à une mère.

Lorsque votre chien vous sollicite en se frottant à vous, ou en vous regardant droit dans les yeux. Peut-être qu’il s’agira de votre chien vous grimpant dessus… Ne répondez pas tout le temps. Ne changez pas votre point d’attention.

C’est une manière pour votre chien de se faire remarquer et de gagner votre attention. Si vous céder à la moindre sollicitation, vous serez ce qu’on appel en drague : « un canard ». Vous avez de nouveau un comportement maternel qui correspond à l’enfant roi qui a tout ce qu’il veut.

Ce n’est pas une bonne situation d’adaptation pour votre chiot si vous ne voulez pas que votre maison soit remplie d’aboiements de chien. Des fois votre chiot pourra se mettre à pleurer. Sans pour autant vous dire d’être sans cœur, si votre chiot le fait régulièrement, répondre à tous ses pleurs n’est pas un bon comportement.

Il s’agit également d’un moyen de sollicitation, cependant la particularité de celui-ci est que le chiot ne sera pas forcément vers vous. Sa stratégie sera d’attirer votre attention et de vous faire venir vers lui. Si vous cédez, vous avez encore un comportement maternel de protection. Si votre chien détruit des objets, c’est que le chien possède un mal être et qu’il souhaite se défouler.

Quand je parle de destruction d’objets, je partage de grattages et de mordillement au niveau des murs et des coins de portes, et parfois au niveau des fenêtres à partir desquelles le chien voit partir ses maîtres. De mordillement de meubles, souvent au niveau des pieds. Le chien peut également déménager des objets, ouvrir des placards, renversés des tables.

Autant de chose qui seront efficace pour se faire remarquer. Le problème est que la plupart des propriétaires auraient tendance à réagir en criant sur le chiot. En criant sur le chiot, ce dernier pourra se mettre à devenir encore plus agressif et conditionner ce dernier à être agressif en tout temps.

Ainsi la prochaine fois que vous hurlerez, votre chien aboiera, ce qui aura tendance à vous faire hurler encore plus fort créant un cercle vicieux. Ce qui est important c’est de ne pas punir votre chien, car il souffre de cette situation autant que vous. Vous avez plus d’autorité que lui, c’est donc à vous de vous adapter et de le soigner. La plainte peut s’exprimer autrement avec une malpropreté. En effet le chien peut faire des marquages urinaires.

On peut même retrouver des flaques d’urines derrière des meubles parfois. L’endroit peut changer d’une fois à l’autre, mais il y a toujours ce désir de se faire remarquer. Il est également possible que le chien éjecte ses selles à des endroits non appropriés, souvent sur le sol d’un endroit non isolé. Il peut s’agir de contrariété, de l’élimination non-intéressé, ou encore d’un déficit d’autocontrôle voire de la peur lié (miction émotionnelle, colite, diarrhée…).

Si les plaintes sont récurrentes, il peut être judicieux de tout de même faire un tour chez le vétérinaire. Il est possible que les chiens n’aboient pas en raison de l’anxiété de séparation. Il peut en effet s’agir d’une affection physique.

On ne compte plus le nombre de vidéo sur YouTube dans lesquelles des chiens souffrent le martyre et aboient à s’en déchirer les cordes vocales. Dans la plupart du temps, les causes étaient physiques. On voit dans certaine vidéo des chiens couverts de larves s’étant créé une niche entre les différentes couches de la peau.

La douleur secrété par le chien n’est pas nécessairement pérenne, mais est exprimé par fréquence. C’est pour cela d’ailleurs que votre chien aboie en votre absence de manière irrégulière.

Il peut également y avoir la piste hormonale que nous avons abordée dans la partie précédente. Il peut y avoir un trouble lié à la diffusion des hormones thyroïdes.

La seule solution trouvé à ce jour est de procéder à des injections de levothyroxine sous la forme de comprimés ou de liquides à faire administrer par voie orale sous la prescription d’un vétérinaire qui s’occupera de préciser les doses.

Si votre chien n’est plus chiot et que vous lisez cet article, ne perdez pas espoir. Vous pouvez également changer votre comportement. En effet, si un chien est conditionné à un comportement, comme à dormir avec vous, si vous l’empêchez de dormir avec vous, il aboiera. Cela est un coût pour lui en énergie pour obtenir ce qu’il veut. Cependant s’il remarque que vous n’êtes pas sensible à ça, il va finir par se lasser.

Il cherchera donc une nouvelle manière lui permettant de s’adapter à son milieu. Cette perte de conditionnement est appelé extinction. Pour faire un parallèle avec les expériences de Pavlov, l’extinction se réaliserait si Pavlov utilisait la cloche sans cesse et que le chien ne recevait jamais de la nourriture à ce moment.

Petit à petit, le chien modifiera son schéma d’association, et arrêtera de saliver. Le mieux serait de modifier votre comportement maternel vis-à-vis de votre chien petit à petit pour ne pas subir d’énorme plainte et éduquer votre chien sans vivre un enfer. Les associations qui stressent le chien ne sont pas nécessairement les plus évidentes.

Le bruit des clés peut être associé par le chien comme un signe de départ du maître. Cela est la même chose pour le fait de faire ses lacets, mettre son manteaux…L’idée serait de faire des faux départs pour entraîner le chien à changer son association. Nous jouerons donc sur le principe d’extinction.

Par exemple vous poussez faire du bruit avec vos clefs, et restez tout de même chez vous. Le plus complexe dans cette technique est de repérer les signaux qui font aboyer votre chien. Par exemple moi je m’occupais beaucoup de mes petits chiots.

Ils sont tellement attendrissant…Donc dès qu’ils venaient vers moi je leur faisais des papouilles et je les grattais. Le souci c’est qu’à un moment je leur administrais de moins en moins de papouilles et de caresse, et ils venaient aboyer.

Ils avaient été conditionné au fait que venir vers moi entraînait pour effet de recevoir des caresse. Pour organiser ça de manière rigoureuse, vous devez passer du temps avec votre chien, et avoir un comportement en tout état de cause.

Changez régulièrement de comportement et constatez la réaction du chien. Notez ensuite sous forme de liste les comportements qui ont un impact négatif sur la réaction du chien. Une fois votre liste établis, mettez-vous en quête de faire un maximum de faux départ en détruisant le schéma établis par votre chien.

C’est un travail de longue haleine, on ne peut pas parler d’instantanéité car le chien est un animal vivant. Il a besoin d’un temps d’adaptation. Il faut penser à avoir une méthode positive et amicale en éducation canine. Cela ne se résumé pas seulement à donner une friandise à chaque fois que le chien fait ce qu’il faut, ou du moins ne fait pas ce qu’il ne faut pas.

C’est bien de le faire de temps en temps, mais il ne faut pas en abuser. La méthode positive et amicale utilise principalement l’idée d’un renforcement positif. On encourage et récompense les bons comportements de manière à faire en sorte que ceux -ci se reproduisent.

C’est exactement un conditionnement de Pavlov. Cette approche serait plus développé dans les pays anglo-saxons et dans les pays des du nord qu’en France et les résultats sont merveilleux !Il ne faut pas rester sur des mythes à dormir debout comme le fameux mythe de la dominance et de la hiérarchie.

Vouloir taper plus fort encourage à légitimer et banaliser les comportements coercitifs. Si vous réussissez à détruire les schémas mentaux de votre chien, vous ne pourrez plus jamais dire : « mon chien aboie quand je suis au travail ».

Il est également possible que votre chien aboie en votre absence car il souhaite garder son territoire. En effet pour certain chiens, la garde est une chose instinctive. Le fait d’aboyer prévient d’un certain danger.

L’animal peut se placer à des endroits stratégiques à partir desquelles il sera en capacité de tout surveiller, comme dans le carrefour d’un de vos couloirs, ou votre porte d’entrée.

Si votre chien passe du temps dans le jardin, vous pouvez également mettre des brises-vue. Il s’agit de protection permettant de conserver l’intimité visuelle de votre jardin. On utilise souvent ça pour être tranquille dans son jardin sans que les passants puissent nous observer.

Votre chien aura plus de mal à remarquer le passage d’un passant et aboiera moins. Après tout, combien de fois vous êtes-vous baladé dans la rue et des chiens vous ont surpris en vous aboyant dessus ?! Cela peut ne pas être pratique, mais si vous souhaitez empêcher votre chien d’aboyer pendant que vous êtes au travail, ce sera une condition nécessaire, et peut-être suffisante.

Si vous souhaitez avoir plus d’informations pour apprendre à votre chien à rester seul à la maison, je vous invite à consulter mon article précisant comment apprendre à son chien à rester seul ou à me poser vos questions dans les commentaires ci-dessous.

Le conditionnement, un B.A.-B.A dans l’éducation canine

Suite à toute mon expérience dans l’éducation canine, j’ai pu remarquer que le travail sur le conditionnement était vraiment la base de l’enseignement d’un comportement à un chien. Tout se base sur une causalité, c’est-à-dire un lien de cause à effet.

Il faut donc un élément déclencheur, et chaque élément déclencheur mènera à un effet par défaut. Cet effet peut être neutre, mais en partant de cette idée, le principe de l’éducation canine consiste au changement de l’effet lié à cette cause.

Par exemple je dis à mon chien : « Assis », il ne fait rien, il n’aura pas de récompense. S’il le fait une fois, quitte à ce que je lui appuis sur le bas du dos doucement, il aura une récompense. Après l’avoir fait de manière récurrente, il y a aura un schéma fort qui se créera dans la logique du chien concerné, et quand vous direz « assis », il s’assoira naturellement.

Si vous maîtrisez ce concept, vous serez en capacité d’enseigner n’importe quel comportement à votre chien. Cependant, le mieux est de toujours rester dans un travail avec la méthode positive, c’est-à-dire en donnant des récompenses et en ne donnant pas de sanction pour ne pas créer de mauvais comportement.

PS : Si vous appréciez l’idée de faire des articles de réponse aux questions que je reçois par email, merci de me le faire savoir dans les commentaires ci-dessous.

Untitled-1 copy
eduquer son chien en 15 minutes par jour

17 Commentaires

  1. ragot
    • Ryan
  2. cocoricou
    • Ryan
      • cocorico
  3. fred
  4. FREDERIC
  5. ophelie
  6. sabrina
  7. Michèle
  8. Elaina
  9. Amelie
  10. Morcillo
  11. lautrédou
  12. Laurence

Laisser un commentaire

Current ye@r *