Alimentation du chien, ce que tout le monde ignorent!!

Untitled-1 copy

Alimentation de chien

Le chien doit trouver dans un sa nourriture les principes nécessaires à sa croissance, à son développement et à son entretien quotidien.

Les protides lui seront fournis par la viande, les fromages, le poisson, les pâtes alimentaires, le pain blanc, le riz décortiqué. Saindoux, fromage, viande de bœuf, lait condensé, œufs sont riches en lipides. Enfin les pâtes, le riz, le pain, ainsi que les carottes et les laitages, apportent au chien les glucides nécessaires. Les sels minéraux et les vitamines doivent être présents dans toute ration équilibrée. A ce sujet, il est bon de se souvenir que les vitamines sont détruites, si la cuisson des aliments est trop longue et se fait à trop haute température.

 

Si, lors du sevrage, la transition d’un régime à l’autre ne doit pas être brutale, il en est de même lorsqu’un changement de régime s’impose pour un chien adulte. Un trop brusque bouleversement des habitudes alimentaires peut être néfaste.

Contrairement à une opinion largement répandue, les chiens ne sont pas omnivores. En fait, il s’adapte sans trop de peine aux aliments les plus divers s’ils y sont habitués progressivement. Si ce dernier point n’était pas respecté, il est à peu près certain que le chien aurait à souffrir d’indigestion ou de dysenterie

Le chien est un animal carnivore

Même s’il peut vivre avec un régime omnivore, le chien est avant tout, comme il a été dit plus haut, un carnivore. Sa denture, les muscles de son estomac, la composition de ses sucs gastriques ne permettent à ce sujet aucun doute. Aussi tout régime alimentaire dans lequel la viande n’entre que pour une faible part ne lui conviendra que durant une courte période et dans la mesure où aucune carence ne se manifeste. La domestication du chien n’a en effet rien changé à ses processus digestifs, même si elle l’a contraint, au cours des âges, à s’habituer aux aliments variés que consomment les humains. Malgré tout, certaines incompatibilités subsistent.

L’ingestion simultanée de graisses animales et végétales, par exemple, stimule la sécrétion d’une hormone qui empêche brusquement les mouvements péristaltiques et gêne la sécrétion des sucs gastriques. Les fruits et les légumes riches en amidon provoquent certaines formes de colite chronique : la flore bactérienne du gros intestin favorise la fermentation de l’amidon, ce qui a pour effet de provoquer l’inflammation du côlon.

Un repas équilibré doit donc comporter de la viande en quantité variable selon la race, la taille ou les efforts qui sont exigés de l’animal. Cette ration carnée est en général mêlée à des légumes bouillis, choisis parmi ceux qui ne présentent aucun danger de fermentation. Le riz très cuit, les flocons d’avoine ou de maïs, les courgettes, les carottes, les céleris conviennent parfaitement. Il est vivement conseillé de ne pas de donner de pâtes alimentaires plus de trois fois par semaine. Il n’est donc pas difficile de confectionner des repas simples et complets. Point n’est besoin de varier les menus. Une nourriture saine, comportant tous les éléments nécessaires à la vie, voilà tout ce que votre compagnon à quatre pattes exige pour être en bonne santé.

C’est pourquoi il faut éviter de donner à votre chiot des sucreries ou des mets au parfum délicat, dont il serait difficile ensuite de lui faire perdre l’habitude.

Le régime alimentaire dépend du niveau d’activité de votre chien

Le chien mène le plus souvent une vie trop sédentaire. Certains maîtres sont persuadés qu’ils n’ont pas le temps de promener leur compagnon. Le plus souvent la promenade en ville se réduit à une triste déambulation sur un trottoir étroit et encombré. C’est bien trop peu, à tous égards, pour un chien qui a besoin de se dépenser, s’il est réellement impossible de lui offrir l’exercice physique nécessaire, il faudra pallier ce manque en établissant un régime alimentaire approprié, c’est-à-dire nettement moins riche que pour un chien vivant à la compagne. Le chien aura d’ailleurs d’autant moins d’appétit que ses sorties seront brèves et rares. Il est donc néfaste de le suralimenter et d’essayer, en lui présentant des mets subtilement aromatisés, de le faire manger plus qu’il ne désire.

Les chiens, dont l’odorat est particulièrement développé, sont facilement attirés par les effluves qui se dégagent des mets que leurs maîtres préparent pour eux-mêmes et viennent sans cesse en quémander quelques miettes. Il ne faut cependant jamais se laisser attendrir par leurs regards implorant ou par  la douce caresse de leur patte.

Toute faiblesse, si elle est répétée, condamne tôt ou tard votre compagnon à quatre pattes aux colites chroniques, aux dégénérescences du foie ou à certaines formes d’eczéma.

Il existe dans le commerce, des produits spéciaux pour alimentation canine. En conserve ou surgelés, ces préparations à base de viande enrichies de vitamines et de sel minéraux auraient des propriétés organoleptiques et nutritives identiques  à celles des produits frais. C’est du moins ce qu’affirment les fabricants et une partie des vétérinaires. Toutefois, il est judicieux de sélectionner ces produits, dont les qualités sont variables, et il est recommandé de n’adopter une marque ou une autre qu’après avoir pris l’avis d’un vétérinaire.

Entant que vétérinaire, je soigne en effet quotidiennement nombre de chiens victimes d’affections dues à une mauvaise alimentation, je connais exactement la situation.

S’il existe des partisans inconditionnels des conserves, nombreux sont les cynophiles qui ne tolèrent que comme appoint, l’abus de leur emploi pouvant être néfaste. Dans tous les cas, il faut éviter d’offrir au chien des aliments mis en conserve depuis plus de six mois, les vitamines A et B ayant alors complétement disparu. Si cette condition est respectée, c’est l’estomac du chien qui décide en dernier ressort. Les chiens apprécient aussi parfois les yaourts, qui complètent parfaitement les aliments en conserve.

Combien de repas mon chien doit manger par jour ?

Dès lors qu’il s’agit de fixer le nombre de repas que le chien doit avoir quotidiennement, les avis divergent et la polémique est souvent très vive. En fait, ce seront, comme souvent, les habitudes du chien et les coutumes familiales qui seront déterminantes. Quoi qu’il en soit, il est erroné de prescrire impérativement  un, deux ou trois repas quotidiens. Certains chiens aux mœurs vagabondes, vivant en semi-liberté, arrivent d’ailleurs fort bien à passer une alimentation régulière à une alimentation irrégulière sans paraitre en souffrir. Au hasard de leurs promenades, ils mangeront abondamment ou très peu, une fois ou quatre fois par jour. Le chien fidèle à son maitre est assuré de trouver sa nourriture servie à heure fixe, c’est pourquoi il s’habitue à ne pas manger qu’en quantité modérée.

Dès le sevrage terminé, votre chiot a besoin de 4 repas par jour, entre le 3éme et le 4éme mois, trois rations quotidiennes suffisent. Passé au 6éme mois, commence le régime définitif comportant, pour la plupart des Chiens, deux repas : un le matin ou  midi et l’autre le soir.

La digestion du Chien dure entre dix et douze heures. Donc, s’il mange le matin, son estomac est vide le soir pour le second repas, qu’il digérera toute la nuit. Ce système offre l’avantage de diminuer les risques de fermentation au niveau du gros intestin, les selles stationnent moins longtemps. D’autre part, son estomac ne se trouvant jamais vide, le chien ne sera pas sujet aux vomissements.

Ils sont en effet déclenchés par l’acide chlorhydrique qui s’accumule dans l’estomac vide. Un chien habitué à cette fréquence de repas peut exceptionnellement n’en avoir qu’un.il n’en souffre absolument pas, cependant il faudra compenser cette « privation » par un repas plus copieux ou un peu plus riche qu’à l’accoutumée. Pour un chien sédentaire, il est plus important de respecter la régularité des repas que leur fréquence. Chez les éleveurs, les chiens sont le plus souvent nourris une fois par jour seulement, en fin d’après-midi ou le soir.

Le chien ne ressent guère le besoin de changer de menu, on peut même dire cela lui est désagréable. Il est certain qu’une alimentation uniforme ne nuit nullement à sa santé. En revanche, s’il manque d’appétit, il conviendra de varier quelque peu ses menus, mais en les modifiants graduellement. Les sucreries, les chocolats et les petits gâteaux fatiguent inutilement les organes digestifs du chien.

 

Untitled-1 copy
eduquer son chien en 15 minutes par jour

Une réponse

Laisser un commentaire

Current ye@r *